List

Quel est donc votre poids idéal ? Comment le calculer ? De nombreux sites vous permettent de le calculer en quelques clics,  mais lequel choisir ?
Fin du suspens : le poids idéal n’existe pas. Explorons ici les différentes manières d’interpréter son poids et ses implications.

Au Sommaire
I – La difficulté d’établir ce qu’est le poids idéal
II – Les différentes formules: Broca, Lorentz, Creff, Perault… : impossible d’avoir une mesure précise
III – L’IMC : l’indicateur loin d’être parfait, mais le plus utile
IV – Du  Poids Idéal à L’Idéal du Poids
Conclusion

poids-ideal

I – La difficulté d’établir ce qu’est le poids idéal

Qu’est-ce que le poids idéal ? En théorie ce serait un poids qui :[1]

tiendrait compte de tous les critères qui influent sur lui (la masse grasse, la masse musculaire, le poids du squelette, le sexe, la taille)

– permettrait d’estimer quel poids est le moins lié à l’apparition de différentes maladies

Je rajouterais personnellement un troisième aspect, que ce poids correspondent à un poids de forme. C’est un poids dans lequel nous nous sentons bien d’un point de vue physiologique et psychologique.[2]

En effet si le poids idéal théorique est synonyme de mauvaises sensations psychologiques et physiologiques il n’est ni tenable ni cohérent.

En pratique le poids idéal constitue également un idéal symbolique, psychologique. Il est donc également intiment relié à l’idéal social du poids. En Europe l’idéal actuel est la minceur, spécialement pour les femmes[3], ce n’est pas le cas pour les hommes où une corpulence trop mince n’est pas valorisée.[4] La représentation du poids idéal est d’ailleurs différente entre les différents pays d’Europe et du monde.[5]

II – Les différentes formules: Broca, Lorentz, Creff, Perault… : impossible d’avoir une mesure précise

Différentes formules mathématiques ont  été établies dans l’idée de pouvoir établir ce poids idéal. Il n’en existe aucune qui corresponde aux critères cités précédemment, et même aucune ne pouvant respecter formellement les deux premiers.[6]
De fait même si les formules considèrent plusieurs critères importants comme par exemple la masse grasse, l’évaluation de cette dernière est le plus souvent approximative, que ce soit avec une balance à impédancemètre[7] ou par la technique des plis cutanés[8].

Si vous voulez en savoir plus sur les limites de toutes ces formules, consultez l’excellent chapitre de Thibault de St Pol dans son livre Le corps désirable.

III – L’IMC : l’indicateur loin d’être parfait, mais le plus utile

Parmi les différents indicateurs, celui retenu par l’OMS et la majorité du monde médical est l’IMC (Indice de Masse Corporelle)[9]. Il a été choisi en raison de sa simplicité d’utilisation, il suffit de diviser la taille en mètre par le poids en kilogramme au carré.
Il ne prend pas en compte la masse grasse, la masse squelettique, ni  le sexe. Il n’est pas adapté aux sportifs, aux enfants… Il est donc comme les autres, imparfaits !
Il a cependant été choisi car il est l’un des mieux corrélés à l’apparition de diverses maladies (cardiovasculaire, hypertension par exemple). Même s’il ne tient pas compte de la masse grasse, un IMC élevé est souvent corrélé à une forte masse grasse.
La corrélation n’est pas une cause, si vous avez un IMC élevé cela ne signifie pas que vous allez obligatoirement développer une maladie cardiaque. Mais l’IMC permet d’évaluer les risques. Si votre IMC est élevé, vous augmentez par 2, 3 ou 4 par exemple votre risque de développer un diabète ou une hypertension.

Si votre IMC (Taille / poids ²) est compris entre 18.5 et 25 ; félicitations vous avez un poids « idéal ».

-> En savoir plus sur l’IMC

IV – Du  Poids Idéal à L’Idéal du Poids

Le poids reste un chiffre qui finalement ne représente pas grand-chose. Le poids ne va pas représenter la corpulence ou la silhouette. Un même poids peut se représenter et prendre formes de manière bien différente. Un poids « idéal » ne peut donc par définition, être idéal pour tous, même d’un point de vue santé.
L’idée va être de passer du Poids Idéal à un Idéal du Poids. Le Poids Idéal est le poids imposé par un calcul théorique, par une norme sociale, c’est un poids qui vous est extérieur et qui est difficile de s’approprier. L’Idéal du Poids est un poids que vous vous appropriez, qui correspond à vos sensations, à votre réalité. Cet Idéal du Poids ne correspond pas à UN poids, mais à une approximation, une approche d’un poids, pouvant varier de un ou deux kilos à la hausse ou à la baisse.
Cette Idéal du poids correspond à un IMC santé, compris entre 20 et 25, mais également à votre poids de forme.
Cet Idéal du Poids est susceptible d’évoluer. Évoluer, parce que vous chercherez peut-être à diminuer votre masse grasse, par souci de santé, d’esthétique ou de sensation. Perdre de la masse grasse et augmenter la masse musculaire se traduit souvent par une prise de poids sur la balance et une perte esthétique.
Il est également susceptible d’évoluer en fonction de votre âge, de l’évolution de votre style de vie.

Cette intériorisation d’un Idéal du Poids correspondant à vos sensations et à vos objectifs permet de mieux comprendre et de mieux appréhender un objectif de poids. Cet Idéal du Poids est donc plus facile à atteindre et à tenir. Il est important de le considérer comme correspondant à soi, à ses attentes. C’est par cette intériorisation que le rapport au poids est plus sain, moins anxiogène. Cette mise à distance permet de réellement évaluer ce que représente le poids pour soi et s’éloigner, de relativiser les injonctions sociales du poids. Ce n’est plus une formule imparfaite qui vous impose un pois arbitraire. C’est vous, en vous basant tant sur des recommandations santé, mais aussi sur votre propre style de vie, vos sensations et vos objectifs que vous déterminer VOTRE poids.
Psychologiquement, il est toujours plus motivant de s’investir dans un projet qui correspond à notre vie, nos valeurs que dans un projet qui vient de l’extérieur qui constitue une pression sociale[10], c’est ce qu’on appelle la motivation intrinsèque.

Conclusion

Il n’existe pas un poids idéal. Grâce à l’IMC vous pouvez estimer si votre poids est considéré comme protecteur vis-à-vis de l’apparition de différentes pathologies. Il vous faut définir votre Idéal du Poids, un poids qui corresponde à un IMC santé, mais aussi à vos sensations, à vos attentes, à votre vie. Par cette appropriation et cette mise à distance d’un poids fantasmé, votre rapport au poids va s’assouplir, vous permettant de mieux appréhender vos sensations et vos émotions et éventuellement, atteindre plus facilement un objectif si vous voulez faire évoluer votre poids.

 

 

Notes & Bibliographie

[1] Thibaut de Saint Pol. (2007). « Comment mesurer la corpu­lence et le poids « idéal » ? Histoire, intérêts et limites de l’In­dice de masse corporelle ». Notes & Documents. Paris. Sciences Po – CNRS.

[2] Lefèvre, A. (2015). J’ose balancer les régimes et trouver mon poids de forme. Broché. Paris

[3] Thibault de Saint Pol. (2009). « Surpoids, norme et jugement en matière de poids : comparaisons européennes ». Population et sociétés

[4] Ibid

[5] Ibid

[6] Tibault de Saint Pol. (2007). Ibid

[7] Thibault de St Pol. (2007). Ibid

[8] Ruiz and all. (1971). « Measurement of triceps skinfold thickness an investigation of sources of variation ». British Journal of Preventative and Social 25:165-167.

[9] http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs311/fr/

[10] Deci L.E. and all. (1985). Intrinsic Motivation and Self-determination in Human Behavior. Plenum Press. New York. London.

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Posts

août 13th, 2017

Faut-il s’intéresser aux calories ?

août 4th, 2017

Film What the health : une représentation de l’orthorexie

août 3rd, 2017

Quelle approche psychothérapeutique pour la nutrition ?

mars 8th, 2017

Le corps des femmes et la société

février 24th, 2017

Yuka : Une application pour manger mieux au quotidien

février 22nd, 2017

Remettre en question ce que l’on peut lire sur l’alimentation

février 20th, 2017

Intérêts du locavorisme

février 18th, 2017

Faut-il manger bio ?

février 17th, 2017

La bière permet-elle de récupérer après le sport ?

février 9th, 2017

L’alimentation du basketteur

janvier 28th, 2017

Recommandations nutritionnelles à travers le monde : Où en est-on ?

janvier 16th, 2017

Est-il intéressant de faire du sport à jeun ?

janvier 15th, 2017

Cholestérol et santé : Quelle alimentation pour réduire les risques ?

janvier 8th, 2017

Que penser de la tendance détox ?

décembre 21st, 2016

Compléments alimentaires & sport : Danger ou utilité ?

décembre 11th, 2016

DASH : Prévenir et traiter l’hypertension artérielle

décembre 6th, 2016

Boire un verre vin par jour est-il bon pour la santé ?

novembre 23rd, 2016

Combien d’oeufs peut-on manger par semaine ?

novembre 20th, 2016

IMC : Intérêts & limites

novembre 18th, 2016

Calcul du Poids Idéal : Poids Idéal et Idéal du Poids

octobre 26th, 2016

Menstruation et alimentation

octobre 18th, 2016

Être diététicien aujourd’hui

octobre 10th, 2016

Un petit-déjeuner équilibré

septembre 30th, 2016

Pourquoi avons nous peur de ce que nous mangeons ? Vers une société orthorexique

septembre 27th, 2016

Alimentation de la danseuse/danseur

septembre 19th, 2016

Les protéines dans l’alimentation

septembre 18th, 2016

Lipides dans l’alimentation : les secrets du gras

septembre 18th, 2016

Le sucre dans l’alimentation : Les glucides

septembre 18th, 2016

Alimentation et énergie : les calories

septembre 18th, 2016

Une assiette équilibrée : équilibre alimentaire

septembre 14th, 2016

Le Diabète de type 1

septembre 12th, 2016

Lait et produits laitiers : amis pour la vie  ?

septembre 8th, 2016

Toute la vérité sur le Gluten

septembre 8th, 2016

L’alimentation du footballeur

septembre 5th, 2016

Index Glycémique

septembre 4th, 2016

Prise de poids : Pourquoi et comment prend-on du poids ?

septembre 4th, 2016

Régime : entre danger et inutilité

septembre 4th, 2016

Est-ce que c’est bon pour la santé ?

septembre 4th, 2016

Café & Caféine : quantité conseillée et impact sur la santé