List

Récemment Netflix a mis en ligne un documentaire intitulé « What the Health » qui connaît un franc succès. Le film propose de s’intéresser à la situation de santé des Américains. Il passe en revue le lien supposé entre alimentation (omnivore ou végan) et les pathologies les plus répandues. Le documentaire est malheureusement biaisé pour promouvoir le veganisme et les éléments sur lesquels il s’appuient sont faux ou manipulateurs. L’OMS n’a jamais considéré que manger de la viande équivalait à fumer des cigarettes et le corps humain n’est pas physiologiquement herbivore. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’analyse de fond du documentaire, écoutez l’analyse du nutritionniste urbain.

Mais ce qui nous intéresse le plus c’est que ce documentaire est très représentatif du phénomène d’orthorexie.

What the health : un exemple particulièrement représentatif de l’orthorexie

Une dichotomie sain/malsain

Le documentaire commence par le constat des habitudes alimentaires et en quoi des nombreux aliments que le narrateur croyait « sains » sont « mauvais ». C’est bien ici le point de départ de l’orthorexie. Considérer que des aliments, sont, en tant que tel, sain ou malsain. Rappelons qu’aucun aliment n’est bon ou mauvais par nature. C’est l’excès ou la carence qui va devenir un danger.
Dans le documentaire, ce sont les produits animaliers ou d’origine animale qui sont considérés comme malsains. C’est un mécanisme psychologique appelé le clivage en psychanalyse ou la pensée dichotomique dans un vocabulaire cognitif.

Lutter contre l’angoisse

Mais cette distinction sain/malsain prend une importance majeure : le risque de mort. En effet, le documentaire avance l’idée suivante : manger des aliments malsains est loin d’être anodin.

En conséquence, le développement de diabète, de maladies cardiovasculaires ou encore de cancer. Les plus grandes causes de mortalités dans les pays occidentaux, et dans le cas présent, aux États-Unis. Le documentaire et le mécanisme orthorexique se base sur une profonde angoisse.
Rappelons qu’aucun aliment ne peut être la cause d’un cancer. Ces maladies sont des pathologies particulièrement complexes et multifactorielles.

La pensée magique

On retrouve ici la pensée magique, centrale dans l’orthorexie. La pense magique et le fantasme d’incorporation consistent à considérer qu’on va incorporer les qualités/défauts de ce qu’on mange. Ainsi, si nous mangeons un aliment sain, nous allons nous-mêmes, inconsciemment, penser devenir « sain ». Il y a la croyance inconsciente que l’absorption d’un aliment sain va nous purifier, nous nettoyer, de manière magique. Et inversement, un aliment malsain, va nous faire « pourrir » de l’intérieur. Rappellons que si l’alimentation peut être préventive, elle ne peut pas être curative.

Save

Save

Save

Save

Save

Théorie du complot

C’est donc ici un des éléments les plus importants de l’orthorexie : l’angoisse. C’est cette angoisse qui va motiver une exclusion des produits considérés comme malsains, et conduire, parfois à, une profonde souffrance.

L’angoisse est celle d’être empoisonné par les aliments malsains. Actuellement, les récents scandales alimentaires vont donner du crédit à cette angoisse de l’aliment empoisonné. Le documentaire ne met pas l’accent sur ces scandales mais il met cependant en avant la théorie du complot vis-à-vis de l’industrie agroalimentaire et de l’industrie pharmaceutique. Les professionnels interviewés l’expriment clairement : pour guérir le diabète et le cancer, il faut être vegan. Pourquoi tout le monde ne le sait pas ? Parce que l’industrie gagnent beaucoup d’argent et que ça ne serait pas dans son intérêt.

Voir ce que l’on a envie de voir comme preuves

L’orthorexie va également se reposer sur des preuves ou plutôt sur ce qui pourrait avoir l’apparence de preuve. C’est le mécanisme du « biais de confirmation ». Le documentaire ne cherche que les informations qui vont concourir à prouver ce qui est avancé. C’est par exemple le raccourci rapide entre le fait que la viande rouge soit considérée comme potentiellement cancérigène et donc de considérer que la viande rouge est aussi nocive que la cigarette.
Lorsque le site internet du film montre ses sources, ce qui peut apparaître comme des justifications objectives de ce qui est dit, ces dernières sont parcellaires et ne tiennent pas comptes des autres études contradictoires. Le documentaire se base également sur des faits manipulés ou sur des raisonnements faussement scientifiques.

Conclusion

Le film What the Health est la représentation de la tendance orthorexique actuelle. Le documentaire regroupe tous les mécanismes propres à l’orthorexie. Cette situation pose aussi la question de la communication et de la diffusion de l’information. Les éléments rapportés et les différents raisonnements sont bien construits même s’ils sont manipulés. Ce film peut, à raison, créer l’angoisse et faire adhérer beaucoup d’individus à cette « solution » d’exclusion. Il peut  également diffuser de fausses croyances et renforcer l’angoisse et ce phénomène orthorexique de plus en plus répandu.

Ne nous méprenons pas : l’alimentation peut servir de prévention et a une influence sur la santé. Mais ce documentaire exagère les risques et les avantages potentiels.
Le végétalisme n’est pas non plus toujours synonyme d’orthorexie. Beaucoup de gens sont vegans parce qu’ils sont opposés à la souffrance animale ou parce qu’ils préfèrent ce type d’alimentation.

L’orthorexie naît quand l’alimentation est choisie pour lutter contre une angoisse.

 

 

 

Save

Save

Save

Save

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Posts

août 13th, 2017

Faut-il s’intéresser aux calories ?

août 4th, 2017

Film What the health : une représentation de l’orthorexie

août 3rd, 2017

Quelle approche psychothérapeutique pour la nutrition ?

mars 8th, 2017

Le corps des femmes et la société

février 24th, 2017

Yuka : Une application pour manger mieux au quotidien

février 22nd, 2017

Remettre en question ce que l’on peut lire sur l’alimentation

février 20th, 2017

Intérêts du locavorisme

février 18th, 2017

Faut-il manger bio ?

février 17th, 2017

La bière permet-elle de récupérer après le sport ?

février 9th, 2017

L’alimentation du basketteur

janvier 28th, 2017

Recommandations nutritionnelles à travers le monde : Où en est-on ?

janvier 16th, 2017

Est-il intéressant de faire du sport à jeun ?

janvier 15th, 2017

Cholestérol et santé : Quelle alimentation pour réduire les risques ?

janvier 8th, 2017

Que penser de la tendance détox ?

décembre 21st, 2016

Compléments alimentaires & sport : Danger ou utilité ?

décembre 11th, 2016

DASH : Prévenir et traiter l’hypertension artérielle

décembre 6th, 2016

Boire un verre vin par jour est-il bon pour la santé ?

novembre 23rd, 2016

Combien d’oeufs peut-on manger par semaine ?

novembre 20th, 2016

IMC : Intérêts & limites

novembre 18th, 2016

Calcul du Poids Idéal : Poids Idéal et Idéal du Poids

octobre 26th, 2016

Menstruation et alimentation

octobre 18th, 2016

Être diététicien aujourd’hui

octobre 10th, 2016

Un petit-déjeuner équilibré

septembre 30th, 2016

Pourquoi avons nous peur de ce que nous mangeons ? Vers une société orthorexique

septembre 27th, 2016

Alimentation de la danseuse/danseur

septembre 19th, 2016

Les protéines dans l’alimentation

septembre 18th, 2016

Lipides dans l’alimentation : les secrets du gras

septembre 18th, 2016

Le sucre dans l’alimentation : Les glucides

septembre 18th, 2016

Alimentation et énergie : les calories

septembre 18th, 2016

Une assiette équilibrée : équilibre alimentaire

septembre 14th, 2016

Le Diabète de type 1

septembre 12th, 2016

Lait et produits laitiers : amis pour la vie  ?

septembre 8th, 2016

Toute la vérité sur le Gluten

septembre 8th, 2016

L’alimentation du footballeur

septembre 5th, 2016

Index Glycémique

septembre 4th, 2016

Prise de poids : Pourquoi et comment prend-on du poids ?

septembre 4th, 2016

Régime : entre danger et inutilité

septembre 4th, 2016

Est-ce que c’est bon pour la santé ?

septembre 4th, 2016

Café & Caféine : quantité conseillée et impact sur la santé