List

Le lait semble être devenu une nouvelle cible de crainte alimentaire. Entre « Les produits laitiers sont vos amis pour la vie » et les régimes florissant conseillant de supprimer les produits laitiers[1]. Comment faire le tri ? Reprenons ici point par point ce que l’on reproche aux produits laitiers, ses avantages, inconvénients, en se basant comme toujours sur les études médicales. L’article prend en compte les nouvelles recommandations de l’ANSES qui prennent en considérations tous les aspects du lait, ainsi que leurs inconvénients (voir plus bas Inconvénients et influence de l’industrie laitière)
Attention, article complet !

 

produits laitiers et lait

Le lait et les produits laitiers sont-ils mauvais pour la santé de tous ?

La réponse est non.

 

I – Que reproche-t-on au lait ?

Le lait est une source importante de calcium[2]. De plus le calcium du lait est assez bien absorbé par le corps[3] . Les études scientifiques ont établi un lien entre la consommation de calcium est la bonne santé osseuse[4].

Une réalité biologique : la baisse d’une enzyme … un processus normal

La substance physiologique (enzyme) servant à digérer certains éléments du lait (lactose) diminue avec l’âge. L’idée est donc de considérer que le lait est un aliment qui n’est pas adapté aux adultes. Elle diminue en raison d’une adaptation à la diversification alimentaire, un processus normal[5]. L’enfant passe de : « je mange exclusivement grâce du lait et je mange petit à petit d’autres aliments » : le corps s’adapte.

Une remise en question de l’efficacité du lait et du calcium dans la solidité osseuse : l’ostéoporose

L’argument contre les produits laitiers est le suivant : l’ostéoporose (la fragilité osseuse) apparaît dans les pays où la consommation de calcium issu des produits laitiers est la plus importante[6]. L’idée est donc de dire, si les produits laitiers donnent des os solides, les pays où on en consomme le plus devraient être moins touchés par l’ostéoporose. C’est l’inverse donc le lait ne sert à rien, voire même accentue le risque d’ostéoporose.

Ça peut paraître logique or c’est scientifiquement c’est inexact; c’est une confusion entre corrélation et cause.(Voir des exemples (drôles) montrant qu’une corrélation n’est pas une cause)

Les études montrent l’intérêt des produits laitiers dans leur apport en calcium et la solidité des os[9]. Les citoyens touchés par l’ostéoporose ne mangent pas que du lait, il y a d’autres raisons qui peuvent influencer l’ostéoporose.

L’ostéoporose : la consommation de produits laitiers diminue un des facteurs principal de risque : la déminéralisation

L’ostéoporose est une maladie plurifactorielle[10]. Les facteurs les plus importants sont une déminéralisation osseuse (DMO)[11] et le vieillissement. D’autres facteurs peuvent la favoriser comme[12] : la consommation de tabac et d’alcool, la sédentarité, une alimentation déséquilibrée, l’âge et les changements hormonaux…

On peut donc se rendre compte que l’hygiène alimentaire et plus globalement l’hygiène de vie est impliquée. On peut retrouver en Amérique du Nord et en Europe une consommation importante de tabac, d’alcool mais aussi une alimentation déséquilibrée et une forte sédentarité.[13]

La consommation de produits laitiers riches en calcium peut permettre une bonne minéralisation osseuse [14] luttant contre la DMO. Actuellement les dernières recommandations de l’ANSES se montrent mesuré concernant ses avantages sur la question de la solidité osseuse.

Le calcium du lait reste intéressant pour la santé osseuse

Différence entre prévention et thérapie

Un autre argument est souvent présenté concernant les produits laitiers : augmenter l’apport en calcium n’a pas ou peu d’effet concluants sur les personnes souffrant d’ostéoporose[15]. En effet, mais cela ne signifie en rien que la prévention est également inefficace. L’implication du calcium dans l’ostéoporose a fait l’objet de nombreuses études, montrant des résultats pour[16] et contre[17]. A l’issue des études, la communauté médicale  a tranché en estimant que la consommation de calcium était intéressante dans la prévention de l’ostéoporose[18].

Différence entre allergie, intolérance et sensibilité

Comme pour le cas du gluten, il y a une confusion entre une allergie au lactose présent dans le lait avec l’intolérance et la sensibilité.  En cas d’allergie au lactose, les aliments contenant du lactose et donc les produits laitiers doivent être enlevés de l’alimentation. Si la prévalence de l’allergie au lactose est de plus en plus importante, cela ne signifie donc pas qu’il faille enlever les produits laitiers chez tous.
Par ailleurs, il est possible d’y être intolérant, le corps à moins d’enzyme que la normale pour le digérer. Dans cette situation, c’est une consommation trop importante qui entraine un inconfort digestif, la suppression n’est pas obligatoire. Enfin il est possible de mal digérer le lait en raison d’une sensibilité personnelle comme tout autre aliment.

Si pour n’importe qu’elle raison vous n’aimez pas le lait ou les produits laitiers, écoutez vous et n’en mangez pas.

Pseudosciences concernant le lait & les produits laitiers

La crainte d’un aliment dangereux est important dans notre société et de nombreux arguments contre le laits apparaissent. Il s’agit souvent d’argument issus de croyances et non de sources scientifiques.
On peut parfois lire que le lait est un aliment acidifiant augmentant la déminéralisation (DMO)[19]) .Il n’y a pas d’études scientifique allant dans ce sens. Il est par contre possible de trouver une méta-analyse (analyse de beaucoup beaucoup d’études) indiquant que les aliments dits acidifiants ne participent pas à la DMO : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21529374[20].
Il est également indiqué que les produits laitiers seraient impliqués dans certains cancers, encore une fois les études se montrent prudentes[21] et montrent souvent un aspect protecteur dans certains et un aspect risque pour d’autres.
Par ailleurs, on peut également lire plusieurs fois que seuls les humains consomment du lait à l’âge adulte et pas les animaux ou encore que seuls les ruminants…
Si la conclusion est que ne nous sommes pas totalement des animaux la communauté scientifique est amplement d’accord. Pour autant il n’y a pour l’instant pas de conséquences néfastes sur la santé prouvées.

II – Ne confondons pas tout : avantages & inconvénients

Le lait n’est pas un aliment parfait…. comme aucun autre

On peut encore lire[22] que le lait contient trop de gras donc est mal digéré. Inutile de vous dresser la liste des aliments aussi, voire plus, gras que le lait. Si l’idée est de dire que le lait n’est pas un aliment parfait je suis encore une fois entièrement d’accord : aucun ne l’est. Dans ce cas là autant dire que les fibres des légumes peuvent trop favoriser le transit et donc considérer qu’ils sont mauvais pour la santé. Ça n’a pas de sens…

Les avantages du lait & produits laitiers : un apport intéressant en calcium, vitamines & minéraux et protéines


Parmi les avantages du lait on peut citer un apport intéressant en calcium utile pour les os et pour le fonctionnement général du corps, un apport riche en vitamines A et B12 et du phosphore.
Le lait apporte également un apport intéressant de protéines : elles sont bien absorbées (sauf cas d’allergie ou intolérance). Les protéines issues des produits laitiers sont lentes et rapides, ce qui est intéressant pour le sportif notamment, en phase de récupération.[23]

Yaourt et digestion

 
Parmi les autres produits laitiers, le yaourt par exemple facilite la digestion en raison de sa fermentation
[24].

 

Les inconvénients du lait & produits laitiers : apport en gras non négligeable, allergie et cancer

L’inconvénient principal des produits laitiers est sa teneur en gras. Le fromage est par exemple un aliment riche en graisse et graisse saturées, impliquées dans la prise de poids et l’obésité[25]. Le fromage est d’ailleurs un aliment hautement apprécié surtout en France[26], il est donc nécessaire de surveiller sa consommation. D’autant plus qu’il possède un puissant effet addictif.

Enfin, il est vrai que le lait est un des produits causant le plus d’allergie[27], il faut donc être attentif à son ressenti.

Le gras est souvent important dans bon nombre de produits laitiers, il est recommandé de varier les sources et de se limiter à 2 ou 3 par jours.[27bis]

Enfin, l’ANSES dans ses dernières recommandations reconnaît qu’un excès de produit laitiers peut être lié à une augmentation des cancers de la prostate.  Les recommandations sont donc de 3 produits laitiers maximum par jours. C’est une première recommandations qui permet de considérer les inconvénients des produits laitiers et de contrebalancer l’influence de l’industrie alimentaire (voire plus bas).

Le fromage contient une quantité non négligeable de gras

 

Lait & produits laitiers : il est bien sûr possible de trouver ailleurs leurs avantages

Souvent il est reproché aux institutions et médias de « cacher » le fait qu’il y a du calcium ailleurs que dans les produits laitiers.
La consommation de produits laitiers est conseillée pour ses avantages et parce que les produits laitiers correspondent à une réalité culturelle de consommation importante : la France est le 3ème producteur de fromage au monde et le 1er consommateur[28].
Pour autant, personne n’a dit qu’il était obligatoire d’en consommer : il est possible de trouver du calcium & vitamines et minéraux dans les légumes. Cependant même si le calcium est souvent aussi bien absorbé que dans le lait[29] en termes de quantité, les légumes en contiennent généralement moins.

III – Influence & Industrie laitière : le monde médical n’est pas dupe

 

Une différence importante entre les recommandations françaises et les recommandations de l’OMS

Il y a une différence importante entre les recommandations en calcium de l’Anses (l’organisme français) et l’OMS (organisme mondiale) : 900 à 1200mg/jour pour la France à 520mg/j pour l’OMS.
Comment expliquer cette différence ?
En premier lieu, les recommandations s’adaptent aux styles de vie et d’alimentation selon les pays. Ainsi selon le FAO, la consommation plus importante de protéines et de sel dans les pays occidentaux explique pourquoi les recommandations sont plus hautes[30] (perte plus importante en calcium dans ces cas devant être compensées).
Par ailleurs, sans développer ici la question des recommandations, elles ne peuvent, par nature être parfaites, puisqu’elles sont générales et ne peuvent correspondre aux cas individuels précis. Elles sont également clairement et explicitement supérieures au minimum pour éviter les carences et viser un optimum.

L’industrie laitière à une influence réelle

 

Influence de l’industrie laitière 

L’industrie laitière a une place importante en France et les recommandations de consommation de produits laitiers et d’apport en calcium plus haut seraient justifiées par l’influence de cette industrie[31]. Pas besoin de théorie du complot pour effectivement comprendre que certains organismes agroalimentaires et leur lien avec les institutions ont une influence. On en déduit donc que l’ensemble des institutions alimentaires font parties d’un agrobusiness cherchant à nous tromper pour se faire de l’argent en dépit de notre santé. Le monde médical n’est pas dupe et tient compte dans ses avis de cette réalité : « [Concernant le livre de T. Soucard] Malgré une attitude très polémique et très orientée, ce document a le mérite d’attirer l’attention sur l’arbitraire de la ration calcique recommandée et sur l’intérêt de diversifier les sources de calcium.[32] » _ Bulletin de l’académie nationale de médecine.

S’il est vrai que la question de l’influence de l’agroalimentaire se pose dans les prescriptions alimentaires, il serait abusif de pour autant considérer que tous les professionnels en sont dupes.

 

En résumé :

Si vous n’êtes ni allergique ni intolérant vous pouvez consommer des produits laitiers (raisonnablement) sans inquiétudes. Si vous n’aimez pas particulièrement les produits laitiers, pas la peine non plus de vous obliger à boire un grand verre de lait ; par contre il vous faudra consommer des légumes contenant du calcium en quantité suffisante.
Enfin, j’espère vous avoir montré qu’un aliment ne peut jamais être seul jugé coupable de quoi que ce soit. D’autant plus dans le cas du lait & des produits laitiers qui selon les études présentent beaucoup d’avantages, notamment dans le cas de l’apparition de l’ostéoporose.
Comme toujours un seul mot d’ordre : de la diversité et pas d’excès.

 

 

Notes et Bibliographie

[1] Kaplan, M. (2010). L’alimentation sans gluten ni laitage. Jouvence Santé

[2] Ciqual : https://pro.anses.fr/tableciqual/index.htm

[3] Weaver C, and all. (1999). Choices for achieving adequate dietary calcium with a vegetarian diet. Am J Clin Nutr. ; 70 :543S –548S.

[4] Heaney R.P.(2000). Calcium dairy products and osteoporosis. J. Am. Coll. Nutr., 19, 835-895.

[5] http://www.ameli-sante.fr/intolerance-au-lactose/intolerance-au-lactose-definition-et-symptomes.html

[6] Osteoporos Int, 3(3), pp.113-9, may 1993

[7]OMS (2003). Obésité : prévention et prise en charge de l’obésité mondiale

[8] Inserm. (2009). Etude Obépiroche

[9] Esterle L, and all (2009). Milk, rather than other foods, is associated with vertebral bone mass and circulating IGF-1 in female adolescents. Osteoporos. Int. 20 : 567-575.

[10] http://www.ameli-sante.fr/osteoporose/definition-osteoporose.html

[11] Etude Epibos

[12] Ibid

[13] Inserm. Evolution des pratiques physiques et sportives. Activités physique – Contextes et effets sur la santé

[14] Esterle, L. Ibid

[15] LewisJR and all. (2011). Calcium supplementation and the nsks of atheroscleroticvascular disease in older women results of a year RCT and a 4 5 yearfollow up J Bone Miner Res 2011 26 35 41

[16] The Cochrane database of systematic reviews (Complete Reviews). Calcium supplementation on bone loss in post menopausal women. The Cochrane Library, 2003, issue 4, Art. no : CD 004526

[17] Record trial group. (2005). Oral vitamin D3 and calcium for secondary prevention of low trauma fractures in elderly people (Randomized evaluation of calcium or vitamin D, Record) a randomized placebo controlled trial. Lancet, , 1621-1628.

[18] Rizzoli R., and al (2007). Le calcium et la vitamine D dans la prise en charge de l’ostéoporose. J. Gynécol. Obst. Biol. Reprod.

[19] http://www.amessi.org/Lait-de-vache-et-ses-inconvenients-pour-la-sante

[20] Fenton, TR. (2011). Causal assessment of dietary acid load and bone disease: a systematic review & meta-analysis applying Hill’s epidemiologic criteria for causality. Nutr J. 10:4DOI :10.1186/1475-2891-10-41

[21] World Cancer Research Fund

[22] http://www.amessi.org/Lait-de-vache-et-ses-inconvenients-pour-la-sante

[23] Rousseau, V. INSEP : https://www.youtube.com/watch?v=U-evmnmZeoI

[24] Bourlioux, P and all. (2011). Yaourts et autres laits fermentés Cahiers de Nutrition

[25] Inserm. Ibid

[26] http://www.20minutes.fr/insolite/1481703-20141116-francais-champions-monde-consommation-fromages

[27] http://www.eufic.org/article/fr/expid/basics-allergie-intolerance-alimentaire/

[27bis] Jones, P. J. H. (2009). Le cholestérol alimentaire et le risque de maladies cardiovasculaires chez les patients: examen de la Harvard Egg Study et d’autres données. International Journal of Clinical Practice, 63(s163), 28-36.

[28] 20 minutes, Ibid

[29] Weaver C,. Ibid

[30] http://www.fao.org/docrep/w7336t/w7336t04.htm

[31] Soucard, T. (2008). Lait, mensonge et propagande. Edition Thierry Soucard

[32] http://www.academie-medecine.fr/publication100035846/

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Posts

août 13th, 2017

Faut-il s’intéresser aux calories ?

août 4th, 2017

Film What the health : une représentation de l’orthorexie

août 3rd, 2017

Quelle approche psychothérapeutique pour la nutrition ?

mars 8th, 2017

Le corps des femmes et la société

février 24th, 2017

Yuka : Une application pour manger mieux au quotidien

février 22nd, 2017

Remettre en question ce que l’on peut lire sur l’alimentation

février 20th, 2017

Intérêts du locavorisme

février 18th, 2017

Faut-il manger bio ?

février 17th, 2017

La bière permet-elle de récupérer après le sport ?

février 9th, 2017

L’alimentation du basketteur

janvier 28th, 2017

Recommandations nutritionnelles à travers le monde : Où en est-on ?

janvier 16th, 2017

Est-il intéressant de faire du sport à jeun ?

janvier 15th, 2017

Cholestérol et santé : Quelle alimentation pour réduire les risques ?

janvier 8th, 2017

Que penser de la tendance détox ?

décembre 21st, 2016

Compléments alimentaires & sport : Danger ou utilité ?

décembre 11th, 2016

DASH : Prévenir et traiter l’hypertension artérielle

décembre 6th, 2016

Boire un verre vin par jour est-il bon pour la santé ?

novembre 23rd, 2016

Combien d’oeufs peut-on manger par semaine ?

novembre 20th, 2016

IMC : Intérêts & limites

novembre 18th, 2016

Calcul du Poids Idéal : Poids Idéal et Idéal du Poids

octobre 26th, 2016

Menstruation et alimentation

octobre 18th, 2016

Être diététicien aujourd’hui

octobre 10th, 2016

Un petit-déjeuner équilibré

septembre 30th, 2016

Pourquoi avons nous peur de ce que nous mangeons ? Vers une société orthorexique

septembre 27th, 2016

Alimentation de la danseuse/danseur

septembre 19th, 2016

Les protéines dans l’alimentation

septembre 18th, 2016

Lipides dans l’alimentation : les secrets du gras

septembre 18th, 2016

Le sucre dans l’alimentation : Les glucides

septembre 18th, 2016

Alimentation et énergie : les calories

septembre 18th, 2016

Une assiette équilibrée : équilibre alimentaire

septembre 14th, 2016

Le Diabète de type 1

septembre 12th, 2016

Lait et produits laitiers : amis pour la vie  ?

septembre 8th, 2016

Toute la vérité sur le Gluten

septembre 8th, 2016

L’alimentation du footballeur

septembre 5th, 2016

Index Glycémique

septembre 4th, 2016

Prise de poids : Pourquoi et comment prend-on du poids ?

septembre 4th, 2016

Régime : entre danger et inutilité

septembre 4th, 2016

Est-ce que c’est bon pour la santé ?

septembre 4th, 2016

Café & Caféine : quantité conseillée et impact sur la santé