List

Les shows de l’incroyable Beyoncé nous montrent l’intensité de la pratique de la danse. Popularisés par l’émission Danse avec les Stars®, les entraînements auxquels sont soumis les candidats sont très intenses. Mais entre besoin énergétique et culte de la minceur, la nutrition du danseur doit être une part importante de la pratique. Explorons ici l’alimentation de la danseuse.

Au Sommaire :
Un lien indéniable entre alimentation et performance.
L’objectif de l’alimentation de la danseuse
Connaître le type d’effort de la danseuse
Alimentation de la danseuse :
Une alimentation adaptée
Glucides en quantité suffisante, pas d’excès en protéines, un peu moins de gras
L’eau
Collations et sucres « starter »
Le poids et l’image corporelle dans la danse : risque de troubles du comportement alimentaire
Repos
En pratique
Alimentation de la danseuse

Portrait de Beyoncé réalisé par Mashi Mo

Un lien indéniable entre alimentation et performance

Comme pour tout autre sport, une bonne alimentation est en lien avec une amélioration des performances[1] (diminution de la sensation de fatigue par exemple), mais également à préserver le capital santé des sportifs[2].

L’objectif de l’alimentation de la danseuse 

L’objectif va être de proposer une alimentation suffisamment riche pour combler la dépense énergétique (suffisamment de glucides), mais également limiter la prise de poids (IG bas et apport surveillé en graisses) et répondre aux besoins nécessaires à une bonne santé (protéines, vitamines minéraux). L’alimentation va globalement viser à adapter les différents apports en fonction du type d’effort, de compenser les pertes et de maintenir un poids de forme constant.

Connaître le type d’effort de la danseuse

L’effort de la danseuse est un effort impliquant une sollicitation musculaire non excessive. Même si l’intensité de l’effort n’est pas négligeable, la danse n’est pas considérée comme une activité d’endurance[3].

La danseuse dépense énormément d’énergie, une alimentation adaptée est donc nécessaire [Laure Courtellemont en photo]

Alimentation de la danseuse : alimentation adaptée

Glucides en quantité suffisante, pas d’excès en protéines, un peu moins de gras

L’apport en glucides est particulièrement important, représentant le carburant essentiel du corps. Un apport en glucides d’environ 55% à 60%[4] est conseillé.

L’effort musculaire nécessite un apport en protéines, mais il n’a pas besoin d’être excessif environ à 15%[5] de l’apport énergétique total, 1,4 à 1,5g/kg de poids de corps.

Le
gras représente environ 30%[6]. On évite les aliments en gras saturés et trans.

Par la transpiration et l’effort, le sportif a un besoin accru en vitamines et minéraux. L’effort physique favorise les radicaux libres, composés issus du phénomène de stress oxydatif. Ces radicaux libres sont néfastes pour l’organisme et en lien avec l’apparition de certains cancers[7]. Par ailleurs, les sportifs sont plus exposés aux infections[8], dont on sait par exemple que la vitamine C atténue les effets et durées de ces infections.[9]

L’eau

L’eau est particulièrement importante pour compenser la transpiration et éviter la surchauffe du muscle. L’hydratation est particulièrement importante pour le sportif. L’eau a donc une place centrale dans l’alimentation de la danseuse. La déshydratation si elle est trop importante, est impliquée dans la baisse des performances[10]. Une étude récente[11] semble montrer qu’une légère déshydratation ne serait pas néfaste pour la performance

L’eau se consomme à température ambiante. L’eau n’a pas besoin d’être enrichie en glucides, les eaux gazeuses sont à éviter en fonction des troubles digestifs, on les consomme plutôt après l’effort[12].

Collations et sucres « starter »

Un petit-déjeuner, un déjeuner, une collation d’après entraînement et un dîner.
La collation est conseillée pour tous les sportifs[13], juste après l’effort (30 minutes[14]) pour permettre une absorption et récupération optimale. Elle est composée d’un apport en protéine pour la réparation musculaire, d’un apport en glucides rapides et lents et de vitamines.

Il est possible de consommer un produit sucré (sucre rapide, à IG haut) pour son effet starter, c’est-à-dire donnant une énergie rapidement et utilisable immédiatement. L’effet psychologique est par ailleurs « boostant » pour démarrer un exercice. Même si cet apport sucré favorise le goût du sucre et incite à continuer une consommation de produits sucrés[15], cet effet starter me paraît intéressant pour son effet psychologique, l’énergie apportée est utile car consommée tout de suite et donc peu impliquée dans une prise de poids. Il faut cependant s’en tenir à une quantité limitée et avant l’effort (10 à 15 minutes avant).

Le poids et l’image corporelle dans la danse : risque de troubles du comportement alimentaire

Les danseurs sont une population particulièrement exposée aux troubles du comportement alimentaire[16]. La pression sociale, le travail face à un miroir qui favorise la remise en question de l’image corporelle. La représentation du corps de la danseuse est par ailleurs liée à une image de minceur[17], entretenue par les sélections par les chorégraphes.[18] L’alimentation spontanée des danseuses est le plus souvent hypocalorique ; inconsciemment les danseuses mangent moins que leurs besoins.[19]
Cette situation amène donc souvent à des régimes restrictifs, qui sont contre-productifs dans une optique de perte de poids. Les études montrent par ailleurs que les danseuses se privant lors des repas présentent un pourcentage de gras corporel plus important que les autres.[20]

Un apport en énergie suffisant est particulièrement important tant pour la performance que pour la santé physique et mentale. Par ailleurs, la privation ne fait pas perdre de poids, mais fait augmenter la prise de gras.
L’entrainement régulier permet une dépense accrue du gras[21] et permet de garder un poids de forme, avec une alimentation équilibrée.

Les danseuses sont particulièrement touchées par des troubles alimentaires, manger en quantité suffisante est indispensable

Repos

En période de repos, l’idée est de maintenir le poids de forme et de ne pas prendre trop de poids. On essaie de garder une part élevée de fruits et légumes pour l’apport en vitamines et antioxydants est conseillée ! On essaye d’adapter les apports en fonction des dépenses, si les entraînements sont moins intenses ou que c’est totalement les vacances, on diminue les féculents et on surveille les produits sucrés.
Comme toujours les plats riches, mais particulièrement appétissants ne doivent pas être bannis, participant à un bien-être psychologique[22] indispensable et prévenant les risques de troubles du comportement alimentaire.
Par ailleurs, des danseuses professionnelles ne cachent pas aimer des plats riches[23] et gardent pour autant un poids de forme correspondant aux exigences de la danse. L’idée est toujours d’en manger avec parcimonie.

Alimentation de la danseuse en pratique :

3 repas plus une collation après l’effort, à titre d’exemple: Laitage/blanc de poulet, pain et fruit/pâtes de fruits  et possible apport sucré 10-15 min avant l’effort.

Une bonne hydratation et 300 à 500 ml de boisson dans la demi-heure qui précède l’effort[24].

Un apport suffisant en énergie, les carences se traduisant par une prise de masse grasse

Une portion de légumes midi et soir en quantité généreuse, un fruit le matin et éventuellement un fruit après l’effort

2 à 3 cuillerées à soupe d’huile par jour, à introduire dans les préparations ou dans les salades et 20 à 30g de beurre pour l’accompagnement des féculents ou des légumes verts[25]

Une source de protéines à chaque repas, par portion standard.

Apport en féculent à chaque repas, représentant la moitié du repas.

Repas riches à ne pas bannir pour le plaisir psychologique

En période de repos, on diminue féculents et sucres pour s’adapter à la baisse des dépenses

 

 

Notes & Bibliographie

[1] McArdle, W. (2011). Nutrition et performances sportive. De Boeck Supérieur

[2] Riché, D. (2015). L’alimentation du sportif en 80 questions. Vigot

[3] Cohen J.L and all (1985). A nutritional and hematologic assesment of elite ballets dancers. Phys. Sports Med. 13. p43-54

[4] Priscilla Clarkson, Ph.D. International Association for Dance Medicine and Science (IADMS). Bien nourrir le danseur. : https://www.iadms.org/?296

[5] CND. (2014). Danse et équilibre alimentaire

[6] Ibid

[7] Haleng, J. and co. (2007). Le stress oxydant. Revue Médicale de Liège. 62. 10. p628-38

[8] Riché, D. Ibid

[9] Ibid

[10] Cheuvront SN and all. (2010). Mechanisms of aerobic performance impairment with heat stress and dehydration. J Appl Physiol 109:1989–95

[11] Wall B. AWatson G. and all. (2013). Hydration guidelines are erroneous: dehydration does not impair exercise performance in the heat. Br J Sports Med doi:10.1136/bjsports-2013-092417

[12] Ibid

[13] Rousseau, V. (2014). INSEP – CERIN

[14] Boisseau, N. (2005) Nutrition et bioénergétique du sportif. Elsevier/Masson

[15] CND. Ibid

[16] Brouwer, A-C. and all. (2009). Les troubles des conduites alimentaires. Les addictions comportementales

[17] A.Arcier. Médecine des arts. Comportement alimentaire des danseuses : http://www.medecine-des-arts.com/fr/danseuses-et-regime-alimentaire.html

[18] Ibid

[19] Golomer Eveline and all. (1990). Minceur et apports énergétiques des danseuses classiques, Cinésiologie, , XXIX, 285-290

[20] Ibid

[21] CND. Ibid

[22] Huguet, S. (2014). Psychologie et performance, du sportif au champion : la quête de soi. Amphora

[23] http://jefouinetufouines.fr/2013/09/17/gourmande-et-fit-shirley-henault-danseuse-pro-questionnaire-nutrition-et-gourmand/

[24] CND. Ibid

[25] Ibid

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

3 Responses to “Alimentation de la danseuse/danseur”

  1. Sara Palaud

    Bonjour,

    Pourriez-vous faire un article sur l’alimentation pendant le cycle menstruel chez la femme ?

    Beau site !

    • Alexandre Chapy

      Merci pour votre commentaire et votre passage sur le site !

      Je vais travailler sur ce thème pour vous proposez un article pertinent dès que possibl

  2. Domain

    Bonjour
    Ma fille s entraîne dur pour devenir danseuse , mais elle désespère de voir son Corp changer . Elle a 14ans meusure 1 m70 et 60 kg , son ossature est plutôt large et elle désespère de ne pas être séché , avoir des muscles apparents …
    Elle a une alimentation assez saine mais je ne sais plus quoi lui conseiller
    Es ce qu un exes de fruits peu être négatifs ? Pouvez vous m aider ? C est une adolescente je n ai pas envie qu elle fasse n importe quoi … merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Posts

août 13th, 2017

Faut-il s’intéresser aux calories ?

août 4th, 2017

Film What the health : une représentation de l’orthorexie

août 3rd, 2017

Quelle approche psychothérapeutique pour la nutrition ?

mars 8th, 2017

Le corps des femmes et la société

février 24th, 2017

Yuka : Une application pour manger mieux au quotidien

février 22nd, 2017

Remettre en question ce que l’on peut lire sur l’alimentation

février 20th, 2017

Intérêts du locavorisme

février 18th, 2017

Faut-il manger bio ?

février 17th, 2017

La bière permet-elle de récupérer après le sport ?

février 9th, 2017

L’alimentation du basketteur

janvier 28th, 2017

Recommandations nutritionnelles à travers le monde : Où en est-on ?

janvier 16th, 2017

Est-il intéressant de faire du sport à jeun ?

janvier 15th, 2017

Cholestérol et santé : Quelle alimentation pour réduire les risques ?

janvier 8th, 2017

Que penser de la tendance détox ?

décembre 21st, 2016

Compléments alimentaires & sport : Danger ou utilité ?

décembre 11th, 2016

DASH : Prévenir et traiter l’hypertension artérielle

décembre 6th, 2016

Boire un verre vin par jour est-il bon pour la santé ?

novembre 23rd, 2016

Combien d’oeufs peut-on manger par semaine ?

novembre 20th, 2016

IMC : Intérêts & limites

novembre 18th, 2016

Calcul du Poids Idéal : Poids Idéal et Idéal du Poids

octobre 26th, 2016

Menstruation et alimentation

octobre 18th, 2016

Être diététicien aujourd’hui

octobre 10th, 2016

Un petit-déjeuner équilibré

septembre 30th, 2016

Pourquoi avons nous peur de ce que nous mangeons ? Vers une société orthorexique

septembre 27th, 2016

Alimentation de la danseuse/danseur

septembre 19th, 2016

Les protéines dans l’alimentation

septembre 18th, 2016

Lipides dans l’alimentation : les secrets du gras

septembre 18th, 2016

Le sucre dans l’alimentation : Les glucides

septembre 18th, 2016

Alimentation et énergie : les calories

septembre 18th, 2016

Une assiette équilibrée : équilibre alimentaire

septembre 14th, 2016

Le Diabète de type 1

septembre 12th, 2016

Lait et produits laitiers : amis pour la vie  ?

septembre 8th, 2016

Toute la vérité sur le Gluten

septembre 8th, 2016

L’alimentation du footballeur

septembre 5th, 2016

Index Glycémique

septembre 4th, 2016

Prise de poids : Pourquoi et comment prend-on du poids ?

septembre 4th, 2016

Régime : entre danger et inutilité

septembre 4th, 2016

Est-ce que c’est bon pour la santé ?

septembre 4th, 2016

Café & Caféine : quantité conseillée et impact sur la santé