List

Après avoir le lu le livre de P. Scheffer « Formation des diététiciens et esprit critique » (dont je parlerais brièvement en fin d’article) il m’a paru intéressant de traiter de cette question d’esprit critique en diététique, tant il m’a semblé que l’ouvrage passait à côté… La pensée critique ou esprit critique (nous ne ferons pas de différence à l’inverse d’autres auteurs[1]) est sans aucun doute essentiel dans tout domaine, mais peut-être encore plus dans celui qui est le nôtre, puisque l’information est massive et disparate. Difficile en effet de démêler le vrai du faux quand il est possible d’entendre pendant la même journée des informations contradictoire sur le même sujet.

Que signifie penser de manière critique ?

 

« Faire preuve de pensée critique, c’est utiliser sa raison pour évaluer le bien-fondé d’un point de vue (dans la vie de tous les jours) ou d’une conclusion. Appliquer la pensée critique, pour utiliser une expression commune, consiste à ne pas tout prendre pour du « cash ». »[2]

Comment penser de manière critique ?

1) Douter des informations (à commencer par les plus sensationnelles, mais également les autres)
2) Prendre le temps de lire l’information pour repérer les erreurs logiques ou les raccourcis (un titre accrocheur qui finalement amène sur une information un peu vide…)
3) Observer sur quels éléments l’information s’appuie (Un témoignage, une opinion, une étude clinique, plusieurs études ?)
4) Vérifier la source (qui propose l’information ? Un voisin, un journaliste ou un professionnel de santé ?)
5) La source est-elle influencée (www.jedetestelaviande.com va sans doute vous présenter des informations un peu influencées par exemple…)

Pour en savoir plus sur la pensée critique lisez ce très bon papier

pensée critique informations

La pensée critique est particulièrement importante sur internet

 

Comment considérer une information comme pertinente ?

La source est déjà un premier élément, mais pas suffisant. Un journaliste peut présenter un bon travail et un professionnel de santé peut prendre des raccourcis pour diverses raisons. Il est important d’évaluer sur quoi l’information s’appuie.
Pour qu’elle soit pertinente, dans le domaine médical ou paramédical, une information doit avoir été validée, prouvée[3] (C’est ce que l’on appelle la Médecine basée sur des faits). Si ce n’est pas, le cas chacun est libre d’en faire ce qu’il veut, les croire ou pas, les essayer à titre individuel, mais il est important de savoir que nous sommes dans le registre la croyance, de l’incertitude ou de la rumeur. Si un remède de grand-mère marche pour vous, gardez-le, mais ça ne signifie pas qu’il peut être utilisé pour tout le monde.

Souvent la difficulté concernant certains sujets polémiques, c’est l’appui de l’information sur des études. Si chacun présente des études scientifiques, comment les départager ?

[4]

En se basant sur les métas-analyses. En réalité, parfois il y a 2 études estimant que quelque chose est mauvais et 378 estimant l’inverse. Les deux études peuvent être pertinentes (bien construites, méthodologie valable) et dans ce cas elles permettent de nuancer les autres. (Catégorie B). Parfois elles sont biaisées parce qu’elles veulent prouver à tout prix quelque chose, souvent par soucis idéologique ou économique (Catégorie C).

Une information pertinente est une information qui s’appuie sur des études qui ont étudiées énormément d’études (méta-analyse) pour permettre de conclure que les résultats étaient convaincants, pas une ou deux études. 
La recherche avance et les recommandations nutritionnelles ne sont pas immuables et  évoluent grâces à de nouvelles études, mais une nouvelle étude seule n’est pas (voire rarement, voire jamais) suffisante pour changer complètement les recommandations précédentes.

En matière d’alimentation, le doute et la pensée critique est capital

La pensée critique en diététique et nutrition est indispensable

Les informations sont aujourd’hui diffusées dans l’instantané, sans vérification et souvent sans nuances. Pire, pour des raisons économiques, des informations erronées qui ont l’apparence d’informations sont diffusées : c’est la pseudoscience. (en savoir plus sur le site de l’Afis, ou de Charlantansinfos)
Ces situations sont particulièrement déplorables parce qu’elles mettent en avant des informations qui ont l’apparence d’être scientifiques, mais qui ne reposent sur aucun travail scientifique.

Les médias mettent souvent en avant le sensationnel ou la « punchline » avant la rigueur logique et scientifique nécessaire en nutrition, leur garantissant une certaine audience.
Et puis d’un autre côté tous ceux qui développent un intérêt financier à diffuser des informations peu fiables, ou à faire passer des éléments de croyances pour de la science (proposition de suppression d’aliments, régimes sans fondement, détox, produits  « sans gluten, sans lactose» pour tous même s’ils n’ont pas de pathologies…)

Cette situation est problématique en ce sens qu’elle peut engendrer des problèmes de santé dus à de mauvaises recommandations et qu’elle participe à augmenter les angoisses liées à l’alimentation, qui sont aujourd’hui  croissantes.

À propos de l’ouvrage de P. Scheffer..

Scheffer nous propose un ouvrage très court, décrivant le manque de positionnement critique, et d’une formation en ce sens, des étudiants en diététique vis-à-vis de l’influence de l’agroalimentaire. Il propose notamment d’utiliser comme source de référence pour l’esprit critique les travaux du journaliste T. Souccar et de son site internet.
Si je ne peux qu’être d’accord avec lui sur le manque de formation en sciences humaines dans l’acquisition du titre de diététicien, il est surprenant que pour un ouvrage défendant l’esprit critique, la proposition soit faite de se baser sur les travaux du journaliste. Ses travaux peuvent être particulièrement critiqués[5] justement pour leur manque de rigueur scientifique, pour l’utilisation de croyances et non de fait ou encore l’extrapolation de certains éléments dans d’autres domaines. Étonnamment les positions tranchées que l’on peut retrouver sur son site internet ou ses ouvrages sont souvent assorties de  nouveaux guides alimentaires  payants qui proposent de dire la « vérité » sur l’alimentation ou encore la vente de compléments alimentaires onéreux…

Cet ouvrage semble confondre critique et esprit critique. L’esprit critique n’est pas de simplement aller contre une information enseignée. Il consiste également à évaluer si la nouvelle information qui va à l’encontre est pertinente, valable et sur quel critère. L’esprit critique ce n’est pas rallier un camp, sinon celui de la recherche, du travail et de la rigueur.

 

Notes & Bibliographie

[1] BOISVERT Jacques (1999). La formation de la pensée critique. Théorie et pratique. Editions De Boeck Université

[2] Stéphan Reebs. (2012). Pensée critique

[3] Sackett DL & al., « Evidence based medicine: what it is and what it isn’t », BMJ, vol. 312, no 7023,‎ janvier 1996, p. 71–2 (PMID 8555924, PMCID 2349778, lire en ligne [archive]) « the conscientious, explicit, and judicious use of current best evidence in making decisions about the care of individual patients. The practice of EBM means integrating individual clinical expertise with the best available external clinical evidence from systematic research »

[4] http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2013-06/etat_des_lieux_niveau_preuve_gradation.pdf

[5] https://www.psiram.com/fr/index.php/Thierry_Souccar

Save

Save

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Posts

août 13th, 2017

Faut-il s’intéresser aux calories ?

août 4th, 2017

Film What the health : une représentation de l’orthorexie

août 3rd, 2017

Quelle approche psychothérapeutique pour la nutrition ?

mars 8th, 2017

Le corps des femmes et la société

février 24th, 2017

Yuka : Une application pour manger mieux au quotidien

février 22nd, 2017

Remettre en question ce que l’on peut lire sur l’alimentation

février 20th, 2017

Intérêts du locavorisme

février 18th, 2017

Faut-il manger bio ?

février 17th, 2017

La bière permet-elle de récupérer après le sport ?

février 9th, 2017

L’alimentation du basketteur

janvier 28th, 2017

Recommandations nutritionnelles à travers le monde : Où en est-on ?

janvier 16th, 2017

Est-il intéressant de faire du sport à jeun ?

janvier 15th, 2017

Cholestérol et santé : Quelle alimentation pour réduire les risques ?

janvier 8th, 2017

Que penser de la tendance détox ?

décembre 21st, 2016

Compléments alimentaires & sport : Danger ou utilité ?

décembre 11th, 2016

DASH : Prévenir et traiter l’hypertension artérielle

décembre 6th, 2016

Boire un verre vin par jour est-il bon pour la santé ?

novembre 23rd, 2016

Combien d’oeufs peut-on manger par semaine ?

novembre 20th, 2016

IMC : Intérêts & limites

novembre 18th, 2016

Calcul du Poids Idéal : Poids Idéal et Idéal du Poids

octobre 26th, 2016

Menstruation et alimentation

octobre 18th, 2016

Être diététicien aujourd’hui

octobre 10th, 2016

Un petit-déjeuner équilibré

septembre 30th, 2016

Pourquoi avons nous peur de ce que nous mangeons ? Vers une société orthorexique

septembre 27th, 2016

Alimentation de la danseuse/danseur

septembre 19th, 2016

Les protéines dans l’alimentation

septembre 18th, 2016

Lipides dans l’alimentation : les secrets du gras

septembre 18th, 2016

Le sucre dans l’alimentation : Les glucides

septembre 18th, 2016

Alimentation et énergie : les calories

septembre 18th, 2016

Une assiette équilibrée : équilibre alimentaire

septembre 14th, 2016

Le Diabète de type 1

septembre 12th, 2016

Lait et produits laitiers : amis pour la vie  ?

septembre 8th, 2016

Toute la vérité sur le Gluten

septembre 8th, 2016

L’alimentation du footballeur

septembre 5th, 2016

Index Glycémique

septembre 4th, 2016

Prise de poids : Pourquoi et comment prend-on du poids ?

septembre 4th, 2016

Régime : entre danger et inutilité

septembre 4th, 2016

Est-ce que c’est bon pour la santé ?

septembre 4th, 2016

Café & Caféine : quantité conseillée et impact sur la santé