List

Mais qu’est-il arrivé au Gluten ? Depuis un ou deux ans même il semble faire partie de la liste noire de l’alimentation, à l’image des Kebabs pour Robert Ménard ! Il est temps de faire la lumière sur cette sombre histoire d’accusations calomnieuses !
Important : si vous avez arrêté le gluten et que c’est mieux comme ça ne changez rien ! Si vous hésitez parce que vous ne savez pas quoi en penser; lisez la suite !

 

 

Infographie gluten

Le gluten est-il dangereux pour tous ?

La réponse est non.

I – C’est quoi en fait le gluten ?

Le gluten c’est en réalité un ensemble de deux protéines que l’on trouve majoritairement dans les produits céréaliers. Le gluten permet une pâte élastique et permet la fermentation. Il est particulièrement utile pour la fabrication du pain par exemple. Le moelleux tant agréable du pain vient de là.
On retrouve du Gluten dans les produits à base de : Blé, Seigle, Avoine, Orge

 

II – Qu’est-ce qu’on lui reproche ?

C’est une bonne question. La plupart du temps « être mauvais pour la santé ». C’est un peu court jeune homme ! dirait Cyrano.

A la base la maladie coeliaque : une maladie rare

Plus en détail le point départ est la reconnaissance d’une maladie réelle appelée la maladie coeliaque. C’est une maladie auto-immune (que le corps crée toute seule) qui est assez peu développée ([1]0.5 à 1%  en Europe). Il est possible d’identifier médicalement cette maladie : on trouve chez les sujets des anticorps : les anti-transglutaminases[2].
La maladie attaque la structure de l’intestin entrainant une mauvaise absorption des aliments et une mauvaise digestion. Dans ce cas le seul traitement est d’éliminer le gluten de son alimentation.

En résumé : Aller voir votre médecin traitant, un test sérologique permettra de vous dire réellement et sans détour si vous êtes atteint de la maladie coeliaque.

 

 

alpha transaminase gluten

Des test sérologiques permettent d’identifier si vous êtes touchés par la maladies coeliaque

Avec les progrès de la médecine : plus souvent diagnostiqué & plus de confusion

La maladie coeliaque était assez peu connue et diagnostiquée. Petit à petit les personnes atteintes de cette maladie ont pu comprendre l’origine de leur symptôme. Dès lors une grande confusion est apparu : ce n’est pas parce qu’une maladie est mieux diagnostiquée qu’elle est présente chez tous. Par ailleurs, cette maladie a été mise sur le devant de la scène médiatique par certaines personnalités ; l’exemple le plus frappant étant celui de Novac Djokovic.
Il se crée alors un mécanisme totalement erroné pour le grand public : Si Novac Djokovic est plus performant et meilleur sans gluten alors moi aussi. Oui, mais lui a une maladie.

Certains médecins et scientifiques avancent également l’idée que l’exploitation du blé et les techniques d’agricultures intensives (OGM notamment) aurait pu modifié son influence sur la flore intestinale et ainsi rendre plus de personne intolérante ou sensible qu’auparavant. C’est une piste intéressante qui mérite plus d’approfondissement et qui ne fait pas encore consensus dans le milieu scientifique.

 

 

III – Mais alors pourquoi cet embrasement  ?

Si la maladie est identifiable médicalement pourquoi alors le sujet prend-il une telle importance ?

La question de la sensibilité

La question de la sensibilité permet de déclencher tous les fantasmes à propos du gluten. La sensibilité est simple : je ne suis pas allergique ni intolérant à un aliment, mais j’ai plus de mal à le digérer que les autres. Une situation possible pour n’importe quel aliment et non repérable par des marqueurs spécifiques.
C’est ainsi que bon nombre de personnes se disent ou pensent y être sensible. On a ici comme point de départ l’idée que de très nombreuses personnes seraient sensibles sans le savoir. C’est possible, mais les études scientifiques à ce sujet vont à l’encontre de cette crainte de  syndrome général[3].

L’influence du régime « paléo »

Le régime paléo consiste à dire (notamment) que les aliments céréaliers sont apparus tard dans l’alimentation humaine et que notre patrimoine génétique n’est pas adapté pour leur ingestion. Ainsi, le gluten, présent dans les produits céréaliers, serait à bannir. Sans entrer dans le détail et l’analyse du régime paléo, les préconisations du régime paléo ne se basent sur aucune réalité scientifique : aucune étude n’a montré les bienfaits d’une alimentation paléolithique. Les indications nutritionnelles actuelles ne correspondent pas au régime paléo.[4]
Voilà comment l’idée de l’abolition du gluten a encore gagné du terrain.

Pseudosciences dans un but économique

Une fois le terrain planté, il n’y a alors plus qu’un pas à franchir pour considérer que le gluten est un poison : Le livre de J. Venesson Gluten, comment le blé moderne nous intoxique aux éditions  Thierry soucard a connu un véritable succès condamnant un peu plus le gluten.
L’arrêt du gluten est présenté comme bénéfique pour la santé grâce notamment à une meilleure digestion, une sensation de bien être, plus d’énergie et encore bien d’autres choses comme une meilleure peau, moins de problème de spasmophilie…[5]. La liste est longue. Le gluten serait impliqué dans l’apparition de l’autisme[6]. La majorité des études scientifiques ne reconnaissent pas ce lien.[7] Par ailleurs, le gluten serait aussi impliqué dans la schizophrénie. Hors c’est l’inverse, les personnes schizophrènes ont plus de risque d’être touché[8]. Il n’y a pas de lien de causalité.
Sinon trop de pâtes = problèmes psychiatriques… Autant dire que je serais sous traitement depuis longtemps…

 

business gluten

Ce climat négatif sur le gluten ravi les industriels qui développe un « gluten free business »

Marketing & poids commercial

Ce climat négatif permet également aux industriels de surfer sur la vague du sans gluten et de proposer des produits « gluten free », plus cher. Ce doute et cette attaque du gluten permet donc de toucher une population non atteinte de la maladie coeliaque, mais uniquement persuadé à tort que le gluten est mauvais. C’est l’occasion de faire marcher le business, à l’image des boissons et régimes détox.

Effet nocebo & société

 On appelle effet nocebo, l’effet placébo négatif. C’est-à-dire que si l’individu est persuadé qu’une substance est négative pour lui, il ressentira effectivement un certains nombres d’effets désagréables alors que la substance en elle-même ne présente aucun danger. Le stress et l’angoisse sont  associés à l’apparition d’un effet nocebo[9]. On peut donc comprendre aisément d’un point de vue scientifique que le climat anxiogène régnant sur l’alimentation ne peut que favoriser cet effet nocebo. Par ailleurs, la  recherche de l’aliment interdit et la croyance en une action miraculeuse reprend les mêmes codes que celles des religions. Nous reviendrons sur cette réflexion dans un prochain article.

 

 

IV – Confusion entre les bénéfices de l’arrêt du gluten et ce qui est consommé à la place

Arrêter le gluten revient souvent à adopter une alimentation plus équilibrée

Mais ce n’est pas l’arrêt du gluten qui apporte une sensation d’énergie ou une amélioration de la digestion, c’est ce par quoi il est remplacé.
Son arrêt signifie souvent un arrêt de produit à base de céréales, des plus simples (pâtes, pain.. .) à tous les produits industriels (gâteaux, snack…) contenant outre du gluten beaucoup de gras saturés et trans difficile à digérer et dont la consommation est effectivement à limiter[10]. L’arrêt du gluten est également compensé par une forte consommation de fruits et légumes dont les fibres aident la digestion, qui sont remplis de minéraux et d’antioxydants[11] . Les fruits et légumes participent en effet à faire diminuer l’index glycémique, également intéressant pour la santé.[12]

 

 

V – Conclusion

Aucunes études actuelles ne montrent l’intérêt de la suppression du gluten en dehors de la maladie coeliaque. Ce n’est pas arrêter le gluten qui participe à une meilleure santé, mais l’augmentation des fruits et légumes et diminuer les produits riches en gras saturé et produits à IG élevé.
En somme aucunes raisons scientifiques et médicales concernant l’arrêt du gluten si vous n’avez pas de symptômes particuliers.

 

 

 

 

Notes & Bibliographie

[1] Lefevre, G. Maladie coeliaque : Démarche diagnostique. Institut D’immunologie. CHRU de Lille : http://biologiepathologie.chru-lille.fr/pathologies/GL-celiac%20.pdf

[2] Rostom A, et al. (2005). « The diagnostic accuracy of serologic tests for celiac disease: a systematic review »Gastroenterology128:Suppl 1:S38-S46

[3] Wu, Jason. (2015). Dr Jason Wu, Don’t believe the hype on gluten-free food georgeinstitute.org.au

[4] Anses. Alimentation humaine. Les apports nutritionnels conseillés en énergie. http://www.anses.fr/PNS701.htm

[5] Kaplan, M. (2010). L’alimentation sans gluten ni laitage. Jouvence Santé

[6] Venesson, J. Gluten, comment le blé moderne nous intoxiques. Thierry Soucard

[7] Hyman, S. (2010). Popular Autism diet does not demonstrate behavioral improvement. URMC

[8] Chen SJ, and all. (2012). . Prevalence of autoimmune diseases in in-patients with schizophrenia: nationwide population-based study. Br J Psychiatry. 200(5):374-80. DOI:10.1192/bjp.bp.111.092098

[9] Annequin, D. (2007). Plus on a peur, plus on a mal

[10] Etude sur l’obésité en France Obéiroche

[11] Ciqual

[12] Martí Juanola-Falgarona et al  (2014). Effect of the glycemic index of the diet on weight loss, modulation of satiety, inflammation, and other metabolic risk factors: a randomized controlled trial. Am J Clin Nutr;100:27–35.

 

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Posts

août 13th, 2017

Faut-il s’intéresser aux calories ?

août 4th, 2017

Film What the health : une représentation de l’orthorexie

août 3rd, 2017

Quelle approche psychothérapeutique pour la nutrition ?

mars 8th, 2017

Le corps des femmes et la société

février 24th, 2017

Yuka : Une application pour manger mieux au quotidien

février 22nd, 2017

Remettre en question ce que l’on peut lire sur l’alimentation

février 20th, 2017

Intérêts du locavorisme

février 18th, 2017

Faut-il manger bio ?

février 17th, 2017

La bière permet-elle de récupérer après le sport ?

février 9th, 2017

L’alimentation du basketteur

janvier 28th, 2017

Recommandations nutritionnelles à travers le monde : Où en est-on ?

janvier 16th, 2017

Est-il intéressant de faire du sport à jeun ?

janvier 15th, 2017

Cholestérol et santé : Quelle alimentation pour réduire les risques ?

janvier 8th, 2017

Que penser de la tendance détox ?

décembre 21st, 2016

Compléments alimentaires & sport : Danger ou utilité ?

décembre 11th, 2016

DASH : Prévenir et traiter l’hypertension artérielle

décembre 6th, 2016

Boire un verre vin par jour est-il bon pour la santé ?

novembre 23rd, 2016

Combien d’oeufs peut-on manger par semaine ?

novembre 20th, 2016

IMC : Intérêts & limites

novembre 18th, 2016

Calcul du Poids Idéal : Poids Idéal et Idéal du Poids

octobre 26th, 2016

Menstruation et alimentation

octobre 18th, 2016

Être diététicien aujourd’hui

octobre 10th, 2016

Un petit-déjeuner équilibré

septembre 30th, 2016

Pourquoi avons nous peur de ce que nous mangeons ? Vers une société orthorexique

septembre 27th, 2016

Alimentation de la danseuse/danseur

septembre 19th, 2016

Les protéines dans l’alimentation

septembre 18th, 2016

Lipides dans l’alimentation : les secrets du gras

septembre 18th, 2016

Le sucre dans l’alimentation : Les glucides

septembre 18th, 2016

Alimentation et énergie : les calories

septembre 18th, 2016

Une assiette équilibrée : équilibre alimentaire

septembre 14th, 2016

Le Diabète de type 1

septembre 12th, 2016

Lait et produits laitiers : amis pour la vie  ?

septembre 8th, 2016

Toute la vérité sur le Gluten

septembre 8th, 2016

L’alimentation du footballeur

septembre 5th, 2016

Index Glycémique

septembre 4th, 2016

Prise de poids : Pourquoi et comment prend-on du poids ?

septembre 4th, 2016

Régime : entre danger et inutilité

septembre 4th, 2016

Est-ce que c’est bon pour la santé ?

septembre 4th, 2016

Café & Caféine : quantité conseillée et impact sur la santé